Missions d'enseignement et d'aide à l'implantation des stimulateurs cardiaques

 

Présentation

Malgré des besoins universels, qui augmentent dans les pays en voie de développement du fait de l’allongement de l’espérance de vie, ces pays n’ont pas la possibilité d’implanter des stimulateurs cardiaques en routine. L’association propose d’initier et de développer la stimulation dans ces pays sous forme d’un partenariat avec pour objectif d’autonomiser complètement cette activité, et même l’ambition de les rendre formateurs pour les pays voisins. Ceci nécessite une certaine organisation, des compétences humaines, du matériel et du temps.

STIMdéveloppement  effectue des missions depuis 1996 grâce à de nombreux concours. Des cardiologues volontaires vont dispenser la formation théorique et pratique de l’implantation d’un pacemaker (PM), leur voyage est entièrement financé grâce à des donations et au mécénat privé, leur hébergement est pris en charge par la structure hospitalière locale, et les PM et sondes sont fournis gracieusement ou achetés à des tarifs très intéressants grâce au mécénat ou à des accords avec les fabricants.

Chaque mission est initiée par une invitation du ministère de la santé du pays et de l’institution médicale sélectionnée. Cette dernière doit avoir l’ambition de construire et développer son activité de stimulation cardiaque, avec un leader du projet identifié. STIMdéveloppement finalise les autorisations administratives, notamment les visas, autorisations de travail et formalités de douane. Le rythmologue français doit être habitué à travailler de façon un peu « dégradée » par rapport au confort quotidien de nos hôpitaux.

Le rythmologue de l’équipe locale doit avoir identifié son équipe soignante. Les patients candidats à l’ implantation sont sélectionnés par le cardiologue nous accueillant et l’indication est validée par le médecin missionnaire. Les Hôpitaux où nous intervenons doivent impérativement être équipés de tout le matériel sanitaire nécessaire à ce type d’intervention. Celle-ci se déroule dans leur structure avec leurs équipements et leurs moyens matériels et humains. Les dossiers médicaux sont revus à l’arrivée, le matériel est vérifié, tout particulièrement la scopie.

La formation consiste consiste en un enseignement théorique et technique. Les équipes médicale et paramédicale sont formées à cette technique et aux exigences qu’elle impose. Elles reçoivent également les consignes nécessaires aux réglages des PM et au suivi des patients. L’autonomie complète est obtenue après 2 à 4 missions sur place, le but étant, au-delà de sauver des vies, d’apporter un savoir qui n’était pas dans le pays pour en sauver encore plus. Le Sénégal et la Côte d’Ivoire participent à ce développement en assurant une collaboration « Sud-Sud » dans les suites de cette collaboration « Nord-Sud ».

A ce jour, 61 missions dans 14 pays d’Afrique ont permis d’implanter 502 patients (Image 3). Dans 11 de ces pays, il s’agissait du 1er stimulateur implanté. Les patients avaient attendu en moyenne 8 mois depuis le diagnostic de Bloc Auriculo-Ventriculaire pour la quasi-totalité d’entre eux, avec près de 50% de décès avant la mission. Les stimulateurs implantés sont le plus souvent de type simple chambre.

 

Comptes-rendus de missions

Tetouan, Maroc - 2004 - Dr. Ph. Ricard - Cliquez ici pour lire le compte-rendu

Cotonou, Bénin - 2005 - Dr. Ch. d'Ivernois - Cliquez ici pour lire le compte-rendu

Abidjan, Côte d'Ivoire - 2009 - Pr. X. Jouven - Cliquez ici pour lire le compte-rendu

Oujda, Maroc - 2010 - Pr. N. Saoudi - Cliquez ici pour lire le compte-rendu

 

Bibliographie

Diop IB, Ba S, Underwood P, Diack B, Damourou JM, Kane A, Sarr M, Thiam O, Diao M, Ba A, Diouf SM. Permanent cardiac stimulation in Senegal: preliminary experience at the Cardiology Clinic of Dakar. Dakar Med. 2000; 45(1): 101-4.

Jouven X. Cardiac pacing in Western Africa. Ann Cardiol Angeiol  2003; 52(4): 204.

Mond HG, Proclemer A. The 11th world survey of cardiac pacing and implantable cardioverter-defibrillators: calendar year 2009 - a World Society of Arrhythmia's project. Pace 2011; 34: 1013-27.

Yayehd K, Ganou K, Tchamdja T, Tété Y, N'cho Mottoh MP, Pessinaba S, Damorou F. Management of high-grade atrioventricular block in Lomé, Togo. Med Trop 2011; 71(6): 637-8.

Jouven X. Initiative: Cardiology and Development. Circulation : European Perspectives 2012 ; f52-3. Cliquez ici pour lire l'article

Tantchou Tchoumi JC, Foresti S, Lupo P, Cappato R, Butera G. Follow up in a developing country of patients with complete atrio-ventricular block. Cardiovasc J Afr. 2012; 23(10): 538-40.

Nava S, Morales JL, Marquez MF. Reuse of pacemakers. Comparison of short and long term performance. Circulation 2013; 127: 1177-83.

Ikama SM, Makani J, Jouven X, Kimbally-Kaky G. Permanent cardiac pacing: first Congolese experiment. Pan Afr Med J. 2015; 20: 381.

Jouven X, Sagnol P, Marijon E, Dodinot B. 20 années de stimulation cardiaque en Afrique sub-saharienne. Rythmologies 2015; 17: 12-4. Cliquez ici pour lire l'article

Questions fréquentes

  • Section en cours d'élaboration +

    Retrouvez ici prochainement nos réponses aux question les plus fréquentes quant aux missions humanitaires.
  • 1